vendre voiture prix

Comment vendre sa voiture à un bon prix et sans souci ?

Comment vendre sa voiture au meilleur prix et sans souci ? Voici les conseils qu’il faut respecter afin de réaliser l’opération dans les régles de l’art

Vous avez craqué sur le dernier modèle de votre marque de voiture préférée que vous aviez testé lors du dernier mondial de l’auto.

Mais avant de vous engager dans une nouvelle acquisition automobile, il vous faut vendre votre véhicule actuel. Comment savoir à quel prix vous pouvez l’afficher et à qui vous adresser pour la revente ?

comment estimer le prix de son véhicule d’occasion ?

Vendre sa voiture, c’est avant toute chose en déterminer le bon prix. La présenter trop chère est une perte de temps, car elle ne trouvera pas preneur et à l’inverse, l’afficher à un prix trop bas est synonyme de perte d’argent.

Le réflexe de chacun sera de consulter les différents sites qui proposent d’estimer au prix le plus juste les véhicules, et ils sont légion. L’ennui est que d’une cote à l’autre, vous pourriez avoir un écart d’un tiers, ce qui est loin d’être négligeable. La raison tient à la nature de l’échantillon utilisé pour le calcul de l’estimation.

A titre d’exemple, sur l’Argus la base de données est enrichie par l’étude du marché de l’occasion des professionnels de l’automobile.

Du côté de la Centrale, ce sont les ventes des particuliers qui déterminent l’estimation. Auto Plus pour sa part va analyser les tarifs demandés dans les petites annonces des particuliers, auxquels il adjoindra différents facteurs tels que le succès d’un modèle, les problèmes techniques ou la rareté d’une version pour en moduler le prix.

Sur quelles bases le prix de ma voiture est-il déterminé ?

D’abord, l’âge de votre véhicule qu’il faut calculer à partir de la date de sa première mise en circulation. Avant le 1er juillet 2000, le millésime des voitures correspondait à une mise en circulation entre le 1er juillet de l’année n-1 et le 30 juin de l’année n. Depuis, on ne fait plus référence au millésime, mais à la seule date de première mise en circulation.

Ensuite, le nombre de kilomètres parcourus. Il convient de se référer au kilométrage moyen par type de véhicule, observé par la Fédération Française des Automobiles Clubs (FFAC). Si votre kilométrage réel est au-dessus de ce barème, vous subirez une décote et vous bénéficierez bien évidemment d’une surcote dans le cas inverse.

Enfin, les options que vous aviez rajoutées lors de l’achat de votre voiture sont des éléments de surcote, tels que les sièges en cuir, le GPS, les jantes en alliage, etc… Tous ces éléments s’entendent dans le cadre d’un véhicule à la carrosserie parfaite et régulièrement entretenue. Sinon, il faudra déduire le coût des pièces à changer.

Vers quel type d’acheteur faut-il se tourner ?

On l’a vu, les professionnels de l’automobile se basent sur la cote de l’Argus qui est plus basse que celle de ses concurrents. De plus, ils y appliquent un dégrèvement de 15 % pour frais professionnels et d’autres encore pour chaque défaut de carrosserie. Le réflexe premier du particulier vendeur serait donc d’opter pour une vente à un particulier.

Néanmoins vendre à un professionnel permet d’éviter les soucis importants tels que le fait de décharger sa responsabilité, d’avoir la certitude d’être payé et sans délai et de s’exonérer des formalités administratives.

La question ne se pose plus si vous avez des doutes concernant l’état de certaines pièces de votre véhicule : mieux vaudra alors le vendre à un professionnel pour ne pas risquer d’être tenu pour responsable en cas de futur accident grave.